Fleur De Misère

Victor Hugo a été le chef de file du romantisme au 19ème siècle. Il a composé une œuvre gigantesque qui témoigne de fleur De Misère engagements personnels.

Poète militant, il s’est préoccupé tout au long de sa vie du sort des misérables et a lutté contre toute forme d’injustice sociale. En 1856, Victor Hugo publie Melancholia, poème en alexandrins, extrait de Les Contemplations. Dans ce poème, Hugo évoque le travail dur et pénible des enfants. Nous étudierons dans un premier temps l’exploitation des enfants de l’usine. Ensuite nous verrons en quoi ce poème fait part de sentiments, d’idées de justice et de liberté. Enfin nous démontrerons que le poème Melancholia est avant tout un instrument de dénonciation.

Lu par Marie-Geneviève Séré – source : litteratureaudio. Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ? Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ? Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ? Dans la même prison le même mouvement. Tout est d’airain, tout est de fer.

Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue. Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las. Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas ! Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! O servitude infâme imposée à l’enfant ! Et qui ferait – c’est là son fruit le plus certain !

D’Apollon un bossu, de Voltaire un crétin ! Qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil ! Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? Qui brise la jeunesse en fleur ! Une âme à la machine et la retire à l’homme ! Que ce travail, haï des mères, soit maudit !

Share